Ma mission n'était pas une parenthèse

Mis à jour : janv. 15

En rentrant de ma mission Points Coeur à Buenos Aires je devais terminer mes études de commerce... cela me semblait être un grand écart ! Passer de volontaire dans un bidonville, à tenter de vivre le don de soi, le service des plus pauvres, la gratuité... à une école de commerce, ses cours de comptabilité et de finance, sa logique de carrière etc. Mais au delà de cette petite appréhension naissait en moi cette question: et si ce que j'avais découvert auprès des plus pauvres je pouvais continuer de le vivre dans mon école ? Est ce que je serai capable de vivre la compassion, la gratuité, dans mes stages et mes amphis ? J'ai vraiment reçu ces années d'école comme un challenge.

Point-Coeur d'Argentine

Et si certaines choses avaient changé, je n'en réalisais pas moins rapidement que ma mission continuait dans ma vie en France, que tant de jeunes avaient besoin d'une présence, d'un ami, que tant d'entreprises  cherchaient des jeunes qui en veulent, qui n'ont pas peur (j'ai été pris en cabinet de conseil notamment grâce à l'originalité de mon expérience en bidonville !). J'ai aussi vu comme mon rapport à la vie avait changé, en s'approfondissant : mes études sont devenues plus sérieuses, mes amitiés plus profondes... L'amour des petites choses appris en Argentine (lors de longues matinées d'attente à l’hôpital, en visitant nos amis, en lavant mon linge ou faisant la cuisine) s'est petit à petit étendu à toute ma vie, et quand on découvre qu'avec Dieu le temps perdu n'existe pas, tout prend une autre dimension. J'étais très heureux de pouvoir de temps en temps rallumer concrètement la flamme lors de WE à Vieux Moulin, de retrouver des anciens, des amis de Points Coeur... et petit à petit j'arrivai sur la fin de mes études. Je me suis spécialisé en entrepreneuriat social, un secteur qui m'a passionné réunissant ma formation business et ma soif de sens. 2 ans après mon retour je commençais à travailler faisant l'expérience qu'en entreprise aussi était nécessaire un coeur de compassion et que mon année en Argentine n'était pas une parenthèse qui devait se refermer après un an.


Jean D.

"L'essentiel, nous ne savons pas le prévoir. Chacun de nous a connu les joies les plus chaudes là où rien ne les promettait."

Antoine de Saint-Exupéry

Ce site

Réalisé par plusieurs anciens volontaires ayant à coeur de partager la richesse de ce qu'ils ont pu vivre en revenant de mission.

  • Facebook
  • Blanc Icône Instagram

© Grâce à Points-Coeur